How to Become Famous in One Month
Marius Ritiu/ How to Become Famous in one Month
Marius Ritiu/ How to Become Famous in one Month
Marius Ritiu/ How to Become Famous in one Month
Marius Ritiu/ How to Become Famous in one Month
Marius Ritiu/ How to Become Famous in one Month
Marius Ritiu/ How to Become Famous in one Month
Marius Ritiu/ How to Become Famous in one Month

expandable foam, plaster bandages, prints,190 x 170 x 72 cm, 180 x 170 x 72 cm

Nombre de villes nordiques jouissent de la célébrité des artistes qui y résidèrent et travaillèrent. Que seraient ainsi les villes d'Amsterdam ou de Haarlem sans Rembrandt et Frans Hals? Dans la catholique cité portuaire d'Anvers, la volonté de célébrer les peintres qui assurèrent la renommé artistique de la ville au cours des siècles engendra principalement l'érection de monuments en hommage aux peintres majeurs du XVIIe siècle: Rubens, Jordaens et Snyders. Placées au centre des principales places ou au carrefour des axes commerciaux majeurs, ces statues continuent d'attirer l'attention des foules et d'associer le nom de la cité à l'histoire des arts plastiques. Célébrer les morts constitue une pratique plus fréquente et moins risquée que de célébrer les vivants. Si la possibilité de placer une sculpture dans l'espace public relève aujourd'hui pour un artiste d'une forme d'aboutissement dans la reconnaissance des qualités de son travail, quasiment aucun n'osera user de sa propre effigie dans une telle occasion.

 

C'est ce qui rend l'intervention des deux jeunes artistes d'origine roumaine Cristian Bors et Marius Ritiu à l'occasion du vernissage de l'exposition Nieuwe Monumenten au Middelheim Museum d'Anvers particulièrement pertinente. Arrivés en Belgique au courant du mois de février 2010, Ritiu et Bors élaborent en effet avec After the Fence un commentaire cinglant sur les phénomènes socio-politiques d'élaboration d'une identité personnelle et collective lors de la réalisation et de l'installation d'un monument public. Placée comme son nom l'indique derrière le grillage du parc du Middelheim, Uninvited Artists (Behind the Fence) constitue le double autoportrait de Ritiu et Bors en position d'attente sur les vélos mis à leur disposition par le propriétaire de leur lieu de résidence, polyglotte traducteur auprès de la cour de justice d'Anvers. Ce détail apparemment insignifiant se charge d'importance lorsque l'on sait les conditions de vie précaires auxquelles font face les deux artistes depuis leur arrivée dans la ville d'Anvers: absence de travail, d'argent, de contact familiaux et professionnels.

 

Uninvited Artists (Behind the Fence) n'est pas qu'un commentaire sur le désir encore inassouvi de se voir reconnus et intégrés par le monde de l'art anversois, flamand ou plus généralement encore occidental. L'œuvre symbolise aussi, de par les matériaux employés, la fragilité des rêves des dizaines de millions de migrants de par le monde. Sculptures de plâtre, les deux portraits de Ritiu et Bors sont recouverts d'impressions couleur sur simple papier A4 de photographies. La première pluie les détruirait, effaçant leurs traits comme l'échec de leurs souhaits de vie meilleure dans notre société démocratique. After the Fence n'est qu'un des éléments du projet How to Become Famous in One Month qu'exposeront Cristian Bors et Marius Ritiu au cours du mois de septembre 2010 à la Galerie Marion de Cannière à Anvers. Sans complexe ni compromis, Bors et Ritiu y tournent en dérision les processus arbitraires de validation et de promotion de l'oeuvre de certains artistes propres au monde de l'art contemporain occidental.

 

Simon Delobel, 2010